Quelle valeur d’usage pour les médias ?

Depuis une dizaine d’années la presse a multiplié les nouvelles formules et les évolutions. Cette profusion est due à plusieurs facteurs qui ont fortement et durablement impacté la rentabilité de la presse…

Coût du papier, problèmes de distribution, concurrence des pure players, baisse des revenus publicitaires, etc… les difficultés se sont accumulées sur un secteur déjà fragile. Malheureusement peu de nouvelles formules ont réussi à inverser l’érosion des ventes et la baisse des abonnements. Par conséquent, la plupart des évolutions sont maintenant guidées prioritairement par l’urgence économique, reléguant la nécessaire réflexion sur la valeur d’usage aux calanques grecques.

 

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Trois clés pour réussir sa nouvelle formule

 

1 – Garder un équilibre entre économie et valeur d’usage

La valeur d’usage la plus forte est précisément celle qui est la plus chère à produire.
En effet, publier un scoop, produire une enquête de fond, faire de la mise en perspective, demande beaucoup de temps, une bonne dose d’expérience journalistique et des moyens pour investiguer.

Dans un magazine ou un quotidien, il existe plusieurs types de valeurs d’usage. Malheureusement toutes ne se valent pas (voir tableau ci-dessous). Malgré tout, garder une valeur d’usage forte doit être la base de toute réflexion.

 

La Valeur d'usage de la presse

 

2 – Faire adhérer la rédaction au projet

Les journalistes sont les témoins privilégiés des changements et des évolutions de notre société, mais paradoxalement la plupart d’entre eux voient souvent avec défiance les évolutions éditoriales au sein de leur propre rédaction.
Il est donc essentiel d’ouvrir le débat avec la rédaction, même si celui-ci sert souvent d’exutoire, il est indispensable et souvent un préalable à la réussite du futur projet (voir organiser et conduire le changement). La qualité éditoriale d’un magazine ou d’un quotidien est le fruit de sa rédaction.

 

3 – Le lecteur comme nord magnétique

Le lecteur aide à éclairer la route, mais il ne doit jamais tenir le volant.

Après avoir réalisé plus d’une centaine de nouvelles formules, nous mesurons le décalage entre l’élaboration d’un numéro zéro et la façon de le tester auprès d’un échantillon plus ou moins représentatif de lecteur. Cette étape est souvent confiée aux services marketing qui font eux-mêmes appels à des sociétés spécialisées dans les tests produits.
Mais tester une matière vivante comme l’éditoriale est impossible surtout en y consacrant 2 heures lors d’une table ronde lecteur. C’est pour cela que chez Zed Agency nous préconisons l’aide de « lecteurs accompagnateurs » que nous intégrons en amont et en aval de nos réflexions lors d’ateliers en face à face.

Back to top